Super Joseph et la « Spider » main

Joseph est un petit garçon joyeux et doté d’une détermination enthousiasmante. C’est sa maman Elodie qui est venue nous voir au Funlab avec une demande précise; imprimer en 3D un bras Spiderman pour son fils. 

C’est ainsi que nous avons fait connaissance avec ce bonhomme d’à peine 4 ans dont le bras gauche n’est pas allé au terme de son développement comme c’est le cas en France de pratiquement une centaine d’enfants par an et desquels on dit qu’ils ont une agénésie d’un membre.    

Elodie avait déjà fait le tour d’internet et de la question des prothèses imprimées en 3D, elle nous a parlé du site e-nable.fr qui met en relation des personnes ayant le besoin d’une prothèse et des personnes volontaires ayant la capacité de réaliser ces prothèses grâce à leurs imprimantes 3D. Ce même site met aussi à disposition des modèles 3D issus de diverses communautés et notamment dans le cas de Joseph, un modèle issu de la team unlimbited, dont le travail très abouti rend la réalisation de telles prothèses à la portée de quiconque possède une imprimante 3D.

Il n’était  donc pas nécessaire ici de réinventer la roue et de faire une prothèse à partir de zéro, nous avons juste eu à adapter le modèle existant (Unlimbited ARM V 2.1) aux mensurations de Joseph, c’est là la magie d’internet et du partage de design.

Néanmoins, comme la demande était de réaliser un bras « spiderman », nous avons dû modifier la main et le bras afin qu’ils évoquent davantage le super héro préféré de Joseph.

Ici l’ajout en relief d’un motif toile d’araignée sur ce qui deviendra l’avant bras, une fois thermoformé.

Ici l’incrustation d’un écusson araignée sur le dessus de la main.

 

 

 

 

 

 

Ensuite le choix des couleurs bleu et rouge pour l’impression des différentes parties du bras a fini de parfaire la personnalisation de la prothèse.

Et voici le résultat :

 

Et enfin le bras en situation, porté par son heureux propriétaire :

Nous sommes très fiers au Funlab d’avoir pu réaliser ce projet pour Joseph. 

En aparté :

La prothèse de Joseph a un fonctionnement purement mécanique, car en effet, c’est en pliant le coude que la main se ferme. Cela demande un peu de pratique, mais le mérite de ce design est qu’il n’est vraiment pas cher à produire (une trentaine d’euros) et qu’il est réalisable assez facilement.

Il existe de par le monde des projets visant à rendre accessible et imprimable des prothèses plus complexes assistées par des moteurs et des capteurs myoélectriques. A Rennes par exemple, il y a MyHumanKit,  dont le credo est justement de permettre aux personnes ayant un handicap de « se réparer soi-même ». Vous y trouverez tout un tas d’exemples de réalisations technologiques visant à palier différents type de handicap grâce à des solutions à moindre coût dans l’esprit du « faire soi-même » (DoItYourself)

L’équipe du funlab

Les commentaires sont clos.